Bien que le tourisme québécois ait connu une croissance et une diversification considérables au cours des dernières années, le secteur n`est pas suffisamment structuré ou intégré. En outre, les stratégies actuelles utilisées reposent sur de vieilles références et devraient être mises à jour pour faciliter l`identification et la présentation des produits uniques et distinctifs de chaque région. Pour ce faire, les participants suggèrent: les participants ont noté que dans les grands centres urbains, les acteurs sociaux jouent un rôle indispensable dans le développement économique en raison de leur connaissance approfondie des atouts locaux et de leur capacité à mobiliser les parties prenantes autour projets générateurs de croissance. Selon les participants, les communautés autochtones constituent le plus jeune segment de la population et se développent au rythme le plus rapide au Québec. Cette grande proportion de jeunes constitue un important vivier pour la succession d`entreprises et la main-d`œuvre disponible pour les entreprises. Plus important encore, les jeunes autochtones manifestent un intérêt à participer pleinement à l`économie de l`avenir et ont le potentiel de le faire. Les acteurs du tourisme devraient entreprendre un processus de prise de tête pour jeter les bases d`une stratégie de financement commune et plus efficace qui permettrait au secteur du tourisme de devenir un levier plus puissant du développement économique. Cet exercice pourrait être utilisé pour évaluer diverses solutions, telles que: les participants estiment que la croissance négative dans certaines régions dont les économies ont traditionnellement été fondées sur le développement des ressources naturelles devra inévitablement être gérée. Il s`agit d`un processus complexe exigeant la création d`un groupe de travail consacré exclusivement à cette question. Les entreprises québécoises profitent des marchés internationaux ouverts et de la disponibilité d`un large éventail de méthodes et d`infrastructures de transport. La valeur la plus faible du dollar canadien ces dernières années et la présence de nombreuses organisations aidant les PME québécoises à découvrir de nouveaux marchés internationaux sont également perçues comme d`autres atouts favorisant l`exportation des produits québécois. «Malheureusement, le secteur privé à but non subventionné n`a pas été aussi bon pour le développement de l`enfant.

Les parents/utilisateurs qui sont dans cette partie du système, le secteur privé et non subventionné du programme, ont en moyenne des soins de faible qualité, par opposition aux centres subventionnés, qui ont un niveau très élevé de qualité», a déclaré m. Fortin. “Ainsi, le résultat en termes d`impact sur le développement de l`enfant a été mélangé.” Le Québec possède une main-d`œuvre diversifiée, qualifiée, disponible et abordable, mais qui n`est pas entièrement exploitée pour le développement économique local et régional. Le bassin de main-d`œuvre comprend une nouvelle génération de jeunes diplômés et entrepreneurs, des étudiants étrangers, de nouveaux immigrants et des personnes souffrant de handicaps cognitifs ou physiques légers. Parmi les autres solutions, citons l`octroi de traitements plus équitables dans le processus de financement (une entreprise ne devrait pas être pénalisée pour son secteur, sa taille ou son stade de croissance) et l`élaboration de modèles de financement favorisant les subventions sur les prêts, en particulier pour les pré-startups, les startups et entreprises cherchant à innover. Les participants aimeraient voir l`accès des entreprises locales et la connectivité aux marchés canadiens et internationaux améliorés. Cela exige que les mesures mises en place pour réduire le coût des marchandises en mouvement reflètent l`éloignement géographique ou la distance de l`infrastructure intermodale d`une communauté. Dans le même ordre d`idées, des investissements majeurs dans le développement des installations portuaires faciliteraient la circulation des marchandises des régions périphériques vers les grands centres urbains. Le taux de participation de la main-d`œuvre québécoise des femmes âgées de 20 à 44 est de 87%, comparativement à seulement 74% en 1997. Dans un discours de cette année, le gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, a même crédité le programme québécois pour le pourcentage de hausse. Pour stimuler le développement économique des communautés autochtones, il faut investir dans la formation des jeunes et le développement de leurs capacités, à la fois personnelles (par exemple

Modèle québécois de développement